Hier après une course effrénée ( ouai 3 tour de parc et j’me la pète…), je rentre chez moi, saute dans la douche et comme à mon habitude zappe sur toutes les chaines que peut compter le merveilleux abonnement à un espèce de câble de mes parents….
J’ai jamais compris l’importance d’avoir 8796 chaines où y a de toutes façons rien d’intéressant ; ce qui me confère un statut de zappeur fou…..
Toujours un œil sur le pc et la télécommande dans la main je ne vois que d’un œil les programmes les plus improbables…
Puis entre 2 quizzs sur la condition sociale des hippocampes de mer dans l’océan pacifique et les difficultés physiques d’un éléphant à faire les lacets de ses converses, j’aperçois à l’écran un visage connu…ou plutôt une image connue…
Ce film je l’ai déjà vu, au cinéma, y a longtemps même….
Ce film j’en parle comme mon film préféré, je le vend à quiconque aurait envie de voir un « bon film », bref j’le kiffe…
Il est bien construit, l’histoire est originale, le jeu d’acteur est bon, c’est beau, c’est fort, c’est fou, c’est du Gondry…
Et là avec toujours un œil sur le pc j’me rend compte qu’une connexion se fait, une fenêtre s’ouvre, un nom clignote …
Ce film je peux pas le regarder enfin le re-regarder…sur le coup j’ai pas compris pourquoi, puis à mesure que mon p’tit cœur de frisée se resserre, la lumière arrive…
Ce film c’est lui, cette fille c’est elle, ce coup de foudre, ce « je t’aime moi non plus », ce « je serai toujours là », ce « je ne t’oublierai jamais »…
Alors comme la fontaine que je suis en a l’habitude, je sens cette petite larme tremblante essayer de s’échapper de mon orbite pour venir s’écraser sur une joue rebondie…
Puis l’image est belle, ils sont deux sous les étoiles, se tiennent la main, le regard rêveur que j’affectionne tant…je monte le son…
Et là j’entend cette phrase, incroyablement belle et juste , qui aura magnifiquement renvoyer chez elle la vilaine larme qui voulait me transformer en clown triste…

« Je peux mourir maintenant mandarine, je sais ce qu’est le bonheur »

Alors à tous les gens qui aurait eu aussi vécus une histoire merveilleuse avec leur moitié de mandarine, regardez au moins une fois Eternal Sunshine of the spotless mind…un film au titre improbable mais à l’histoire tellement profonde…

untitled